Isaac Newton et Dave Tutelman contre le reste du monde…

newton-Tutelman vs the world

Eh bien ça y est ! À force de tra­vail, de temps, de sueur et de conflits plus ou moins lar­vés avec votre conjoint(e), votre banquier(e) et votre pro(ette), vous y êtes par­venu : vous êtes un(e) vrai(e) golfeur(euse) ! Le grip ? Un jeu d’enfant ! L’alignement ? Une plai­san­te­rie ! La dyna­mique du swing ? Une formalité ! Tout ça, c’est votre pro qui vous l’a appris.

Bien évidem­ment, pour y arri­ver, il s’est appuyé sur ses propres connais­sances mais aussi sur les tra­vaux ou les témoi­gnages de joueurs et de péda­gogues célèbres. John Jacobs, Ben Hogan, Bob Toski, David Lead­bet­ter, Jimmy Balard, Butch Har­mon ou Jim Maclean, il les a tous étudiés et plus rien ne vous échappe concer­nant la méca­nique du jeu.

Enfin presque… car même lorsque vous don­nez le meilleur de vous-même, cer­tains coups vous tiennent tête et vos balles se mettent à « sli­cer » bien mal­gré vous. Bien entendu, vous savez que ce slice est un affreux amal­game entre un mau­vais plan de swing (ou che­min de club) et une face de club qui ne sait plus com­ment reve­nir square, mais vous en reve­nez sou­vent à une ques­tion à laquelle per­sonne ne vous a jamais donné de réponse : lequel des deux, plan de swing ou face de club, est-il le grand cou­pable ? Est-ce un mau­vais tra­vail de la face du club qui entraîne un plan de swing de com­pen­sa­tion ou est-ce un mau­vais plan de swing qui impose sa réac­tion à la face du club ?

Inutile de se men­tir : ça, per­sonne n’en parle.

Pour­tant, s’il y a une ques­tion fon­da­men­tale qui concerne les joueurs de tous niveaux, il s’agit bien de celle-là !

Sa réponse (une fois n’est pas cou­tume) ne nous vient pas du Dri­ving Range d’Augusta ou de Pebble Beach mais du fond de car­table d’un homme beau­coup moins connu du grand public : Dave Tutel­man. Inutile de cher­cher son nom au pal­ma­rès d’un tour­noi quel­conque, l’homme joue à peine au golf. Avec son com­père Tra­ck­man (celui des radars), ils font cepen­dant la loi dans l’univers des tech­ni­ciens et des pro­fes­sion­nels du jeu.

Son métier ? Recou­per la réa­lité des lois phy­siques et balis­tiques avec le jeu de golf. Et là, notre ami nous offre à chaque fois un énorme coup de frais, c’est-à-dire un net­toyage de prin­temps aux allures de cyclone tropical.

Dave Tutel­man est un sage prag­ma­tique. Lorsqu’on lui dit quelque chose à pro­pos du golf, il revêt sa blouse de cher­cheur et pro­cède à des tests pour en véri­fier la véra­cité. Il ne se trompe jamais. Mieux encore, il n’a peur d’aucun résul­tat et affronte tous les pro­blèmes avec une impu­deur toute scien­ti­fique. Et concer­nant notre fameuse ques­tion, Dave Tutel­man a tran­ché. Ou plu­tôt Dieu, Isaac New­ton et Dave Tut­le­man ont tran­ché : le plan de swing (que nous devons tout de même dis­so­cier de la notion de « che­min du club » puisque celle-ci inclut l’angle d’attaque) n’a pra­ti­que­ment aucune influence sur la tra­jec­toire de la balle alors que l’orientation de la face du club à l’impact condi­tionne à plus de 95% cette dernière.

Il s’agit bien évidem­ment d’une énorme sur­prise. Elle met à bas près d’un siècle de recherches et d’enseignement et nous force à réa­li­ser que nous nous sommes enga­gés bien naï­ve­ment sur une voie sans issue en ayant, de plus, l’impression de maî­tri­ser le subtil.

L’humilité fait par­tie de ces valeurs que notre sport véhi­cule. Preuve est faite que celle-ci ne s’acquiert pas for­cé­ment avec un club à la main…

Sage prag­ma­tique, c’est cer­tain. Et huma­niste aussi car dans un article de grande qua­lité consul­table sur son site (www.tutelman.com), Dave Tutel­man a la déli­ca­tesse de dire que « si l’influence du plan de swing sur la tra­jec­toire de la balle est quasi nulle, elle reste cepen­dant le moyen le plus intel­li­gent de faire com­prendre le phé­no­mène des effets, puisqu’elle per­met de dis­sé­quer la tra­jec­toire de la balle en deux par­ties (sens de départ et sens d’arrivée) avec deux res­pon­sables clai­re­ment défi­nis : le che­min du club et la face de ce der­nier, même si le pre­mier des deux n’est fina­le­ment qu’une vue de l’esprit ».

Une façon élégante de dire que men­tir n’est pas si grave dès lors que c’est pour la bonne cause…

  

Franck VIAU DE CAUMETTE

Franck VIAU DE CAUMETTE

Franck VIAU DE CAUMETTE devient professionnel à l’âge de 18 ans. Après 15 années de circuit Pro, que ce soit en France ou à l’étranger, il se tourne essentiellement vers l’enseignement du golf. Ce sont ces deux facettes, en tant que compétiteur et enseignant, qui lui permettent d’avoir une vision complète et pragmatique du golf.

Analytics by Conversios